Actualités

DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD REUNISSANT LES BAGUMYABANGA SANS VOIX ET CEUX EPRIS DU RESPECT DE LA LOI

Mise à jour le 28 septembre 2014

Après la réunion des Bagumyanga Sans Voix qui s’est tenue à Nairobi en date du 8 Août 2014, à travers laquelle des conclusions ont été formulées entre autres celle qui demandait à ces Bagumyabanga sans voix d’approcher ceux Epris du respect de la loi en vue de faire des dialogues visant à trouver un compromis sur leurs problèmes et ceux de leur pays en général et du parti en particulier, cette décision a été concrétisée. En effet, des contacts ici et là, que ce soit dans le pays ou à l’extérieur où ces Bagumyabanga sont éparpillés, ont été faits et toutes les parties ont décidé de former une alliance intégrant les honnêtes Bagumyabanga qui ont accepté de rester fidèles aux conclusions du dernier congrès extraordinaire qui a été tenu à Gitega en dates du 7 au 8 Août 2004, quand le mouvement CNDD-FDD a été transformé en parti politique. Les deux parties s’étaient convenues de garder entre elles les conclusions de cette rencontre mais les spécialistes des deux côtés ont décidé que tous les Burundais sachent les compromis en ces termes :

1. Les deux groupes de Bagumyabanga ont démontré et assumé qu’ils sont fidèles aux lois et règlements du parti CNDD-FDD résumés dans 39 articles tels que convenus lors du congrès extraordinaire tenu à Gitega. Ces dispositions ordonnent tout Mugumyabanga au respect des idéaux de la Démocratie et des droits de l’homme dans le pays, au respect des deniers publics et d’assurer le bon usage, etc.

2. Les deux groupes ont convergé sur le fait qu’il existe un petit groupe de personnes qui asphyxier le parti et le pays ; ils se sont convenus de ne plus considérer comme Mugumyabanga quiconque est membre de ce petit groupe.

3. Par ailleurs, ils ont décidé de combattre la pratique de musèlement et d’exclusion au détriment de nombreux Bagumyabanga qui se sont donné corps et âme pendant la lutte parce que ceux qui sont actuellement nommés dans des postes de responsabilité ne sont que des profiteurs « NZISABIRA »du petit groupe des pognés qui savent que pour être nommé à des postes de responsabilité dans le parti, que pour être embauché dans la fonction publique ou figurer sur les listes électorales, chacun doit avoir accepté de se résigner « MUGABONIRYO ».

4. Toutes les parties se sont compromis d’informer régulièrement la communauté nationale et internationale sur la différence entre les jeunes « Imbonerakure »du CNDD-FDD et les démobilisés et surtout que ce sont ces leaders qui ont fondé les mouvements des jeunes et des femmes affiliés au parti CNDD-FDD en 1996. C’est dans l’optique de condamner ceux qui veulent manipuler et instrumentaliser les jeunes issus de différents mouvements.

5. Ils ont proclamé haut et fort qu’ils ne ménageront aucun effort pour ramener le Ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants à prendre en charge effectivement les anciens combattants qui sont actuellement utilisés dans des actes déstabilisateurs par le parti au pouvoir qui se réclame du CNDD-FDD et certains éléments des corps de défense et de sécurité à l’instar de NURWEZE Michel alias RWEMBE et autres.

6. En ce qui concerne la représentation, eu égard aux doléances de toutes les parties présentes, à la tête l’envoyé spécial de l’Honorable El-Hadj Hussein RADJABU qui était venu de la diaspora et l’Honorable Manassé NZOBONIMPA, ils se sont convenus que, en attendant la clôture de toutes affaires pendantes à la Cour Suprême, relatives à la violation de la Démocratie dans le parti et le détournement d’une dette remboursée par l’Uganda au Burundi mais qui a été confondue avec une aide de cahiers. En attendant les élections proprement dites des organes dirigeants du parti, les deux parties ont adopté qu’il faut maintenir les structures qui existaient avant la crise qui a secoué le parti.

7. Il a été convenu que ceux qui n’ont pas adhéré à d’autres formations politiques gardent leurs places en attendant la clôture définitive de ces affaires judiciaires, et de remplacer ceux qui ne sont plus au CNDD-FDD ou ceux qui sont ailleurs. L’Honorable Manassé NZOBONIMPA, en qualité de Secrétaire Général, conformément à la présente disposition, a été désigné porte-parole de cette alliance.

8. Ils se sont enfin convenus de continuer à entretenir de bonnes relations avec les amis internes et externes de leur parti CNDD-FDD qu’ils représentaient avant son éclatement, et pourront aussi faire des alliances avec tous les autres partis qui respectent l’idéologie du CNDD-FDD et ses 39 dispositions adoptées à Gitega en 2004.

Les Bagumyabanga du CNDD-FDD qui forment cette alliance profitent encore de cette occasion pour condamner à jamais les massacres des Sœurs Xavériennes de la paroisse Kamenge et demandent qu’il y ait des enquêtes impartiales et indépendantes contrairement à la mascarade d’enquêtes qui a été faite par la Police Nationale. Ils demandent en outre des enquêtes conjointes des Burundais et des Rwandais sur les cadavres flottant sur la rivière RWERU. Ils soutiennent la position du parlement européen qui a réclamé des enquêtes conjointes du Burundi et du Rwanda.

En conclusion, ils ont remercié vivement les membres des corps de défense et de sécurité et surtout ceux de la Défense Nationale qui se sont très bien comportés pendant les périodes de turpitudes et les exhortent à continuer sur ce chemin.

Fait à Nairobi, le 24 Septembre 2014

Le Secrétaire Général et Porte-parole de l’Alliance

L’Honorable Manassé NZOBONIMPA