Actualités

DES DOUTES! COMBAT POUR LE CHANGEMENT DE LA CONSTITUTION EN FAVEUR DU CNDD-FDD SANS LE CNDD-FDD

Mise à jour 02 novembre 2013

Le Président PIERRE NKURUNZIZA en cette période de fin de son 2ème mandat présidentiel a déjà installé toutes les batteries pouvant l'aider à briguer le 3ème mandat ou tout simplement le 1er du septennat. S'il réussit à obtenir ce 1er mandat du septennat; il aura décroché la chance de rester au pouvoir pendant 14 ans suite au droit de briguer le 2ème mandat du septennat.

Il compte sur le jeu des mots de ses conseillers juristes nationaux et étrangers qu'il monnaye ou paye en nature (par divers services) non seulement pour le rôle qu'ils jouent dans cette affaire mais aussi dans tant d'autres qui le réconfortent dans sa lutte contre les défenseurs de la loi qui s'érigent en militant de la bonne gouvernance devenant ainsi une entrave pour la sécurité de certains membres clés de l'équipe dirigeante souvent trempés dans des dossiers louches de violation des droits de l'homme, de la corruption et de détournements des deniers publics.

La constitution du Burundi devra être un bouclier pour le pouvoir NKURUNZIZA sur les lois pour la presse, et pour la manifestation et des réunions ont été préalablement promulguées pour l'accompagner. Nul n'ignore que ces deux lois et d'autres en étude sont considérées par l'opinion nationale et internationale comme des bâtons à fouetter les opposants politiques dont la majorité se déguise en membres de la société civile et du personnel des médias privés.

Au sein du parti présidentiel il y a des doutes, on se demande pourquoi tous les membres ne se lèvent pas comme un seul homme pour soutenir le Président de la république!

C'est la débandade!!!

Ce qui reste inquiet sont ceux-là animés par l'esprit de défendre les acquis de la lutte; ils sont minoritaires et semblent être dépassés par les événements car ils se situent pour le moment entre le marteau et l'enclume. Ils se demandent s'il faut prendre le train de ceux-là qui se sont déjà levés pour combattre le tripotage de cette constitution qui défend les clauses concluent lors des négociations d'Arusha ou si il faut soutenir aveuglement leur leader le Président PIERRE NKURUNZIZA.

Un autre groupe a déjà pris ces risques pour défendre le principe de changement de la constitution. Il est là!!Il est là au moment où il y a un troisième groupe qui est en course contre la montre pour amasser le maximum de fortune sans se soucier des lendemains meilleurs du parti CNDD-FDD. A la tête de ce groupe se trouve malheureusement le Président du parti NYABENDA PASCAL qui se compte aujourd'hui parmi les milliardaires de ce pays dans ci-peu de temps.

Le site www.burundiimage.info détient les informations (provenant) de la direction même du parti présidentiel affichant les coups de NYABENDA PASCAL quant à la corruption et des détournements divers ayant mis à plat certains opérateurs économiques nationaux et étrangers.

La rédaction reviendra sur ces dossiers économiques dans les prochaines éditions car pour l'heure elle reste brancher sur les opérations en cours de changer la constitution.

Notre correspondant depuis la permanence du parti CNDD-FDD a fait savoir à notre rédaction que la majorité des BAGUMYABANGA saluent la sagesse et le courage que leur leader PIERRE NKURUNZIZA a affiché lors de la table ronde des bailleurs en acceptant en âme et conscience l'existence des coups divers relatifs aux détournements, à l'intolérance politique et aux violations des droits de l'homme ayant disqualifiés le Burundi sur l'échiquier international.

La rédaction se demande s'il va rassurer les BAGUMYABANGA, les burundais en général et les membres de la communauté internationale en acceptant aussi de ramener de l'ordre dans le pays ; Le respect de la constitution et d'autres opérations pouvant sauver l'honneur du CNDD-FDD sont des actions qui pousseraient les burundais et leurs amis de se souvenir de lui surtout que malgré des critiques il garde jusqu'aujourd'hui une bonne cote quant aux réalisations en matière de développement par rapport à d'autres dirigeants que le Burundi a connu jusqu'ici.